Accueil | Plan du site |

Accueil > Commune > Histoire > Le hameau du Dresnay

Le hameau du Dresnay

LE DRESNAY, HAUT LIEU DE LA DEPORTATION

Le hameau du Dresnay, en Loguivy-Plougras, est reconnu comme étant un des
Hauts-Lieux de la Déportation dans le département des Côtes-d’Armor.

JPEG - 269.3 ko

Il doit son histoire à ce dimanche 21 mai 1944, jour de la Fête des Mères, que l’occupation allemande avait choisi pour éliminer de ce quartier paisible 13 hommes jeunes et valides soupçonnés d’apporter leur aide à la Résistance.

L’opération avait été si minutieusement préparée qu’il ne fait pas de doute qu’elle était la conséquence d’une dénonciation.

Plusieurs habitants du hameau, alors adolescents, se souviennent parfaitement de cette tragique journée et le cœur encore meurtri, racontent : « vers 5 heures du matin le hameau est réveillé par un bruit assourdissant de motos et de camions.Il ne faisait aucun doute qu’une opération d’envergure était engagée sur le quartier ou sur le point de l’être.En effet, déjà l’occupation allemande avait créé un large périmètre autour du hameau excluant toute possibilité d’en sortir, mais permettant toutefois d’y accéder.
Immédiatement un contrôle systématique d’identité est mis en place.Les habitations sont minutieusement fouillées et les hommes conduits, sous bonne garde, dans la cour de l’école, pour y être interrogés par des officiers allemands et la milice.

A l’issue des interrogatoires , 13 hommes sont retenus par l’occupant et placés
sous bonne escorte dans un car prévu à cet effet et positionné à l’écart des familles. Durant ce temps, ordre est donné aux habitants du hameau de pourvoir au déjeuner des occupants.Ce qui fût réalisé en abattant les volailles et en épluchant, à la hâte, des pommes de terre.

En tout début d’après-midi, le car a pris la direction de Guingamp. Par la suite
les prisonniers furent transférés à Rennes, Compiègne et enfin vers le camp de Neuengamme en Allemagne, d’où ils ne reviendront plus.

Sur les 13 hommes arrêtés, seul l’un d’entr’eux sera rapidement libéré et pourra regagner son foyer pour y décéder peu de temps après. Il n’aura pas survécu aux maltraitances subies lors de son arrestation. »

En 1949 un Monument a été érigé près de la chapelle du Dresnay à la mémoire de ces déportés du Camp de Neuengamme. Chaque année une cérémonie très suivie par la population de Loguivy-Plougras et des alentours et par de nombreuses associations a lieu dans ce Village Martyr du Dresnay.